Une histoire de succès : L’autonomisation économique grâce au VSLA

L’un des principaux objectifs de la création d’une association villageoise d’épargne et de crédit (VSLA) est de soutenir le développement économique local par l’intermédiation financière. Une VSLA est un groupe de personnes qui soutiennent collectivement un processus structuré pour épargner de l’argent et offrir des prêts au niveau local. Elles constituent un système simple et responsable d’épargne et de prêt pour les communautés qui n’ont pas facilement accès aux services financiers formels ou qui sont mal desservies par les institutions financières formelles telles que les banques ou les sociétés de microfinance.

Dans le cadre du projet « SR-MAGARAMEZA », Iprosarude  a déjà créé plus de 600 VSLA dans les provinces de Gitega, Mwaro, Kayanza , afin de diversifier les activités de subsistance des populations locales, qui dépendent principalement de l’agriculture et de l’élevage de petits et gros betail. Les VSLA rassemblent des membres de la communauté qui épargnent en vue d’atteindre des objectifs convenus d’un commun accord et qui contractent de petits prêts à partir de cette épargne pour développer leur entreprise, payer les frais de scolarité de leurs enfants et soutenir les activités du ménage.

Le groupe VSLA dénommé  Turahari dans la communune Kayokwe , Province Mwaro, colline Kibumbu est l’un des groupes VSLA formés dans le cadre du projet « Amagara Meza ». Josephine Munezero  , membre du groupe Turahari a contracté un prêt de 235 000 francs burundais   pour lancer un projet d’élevage . Elle  a commencé avec deux porcs et, en l’espace d’un an, il possède plus de 11 porcs et porcelets dans sa ferme, pour une valeur d’environ 880 000 franc burundais.  Elle est très heureuse de faire partie du groupe VSLA.

Josephine  la bénéficiaire du projet SR-AMAGARAMEZA, a déclaré ce qui suit : “Le VSLA a été très bénéfique pour beaucoup d’entre nous dans ce village. Je remercie de tout cœur IPROSARUDE .Lors du partage de ce cycle, j’ai contribué à hauteur de  360 000 franc burundais  et reçu 523 000 franc burundais. J’ai l’intention de réinvestir cet argent dans mon activité de porcherie”.

                                                        E.Allickan Niragira